L'élevage des poules

Boutique santé Boutique premier âge Boutique poules Boutique lapins Boutique pigeons Boutique moutons et chèvres

Logements des poules

Les poules sont exigeantes , elles aiment disposer d'espace nous devons donc mettre à leur disposition un parcours plus ou moins vaste mais les poules sont frileuses et supportent mal les plues trop violentes, nous devrons donc leur aménager un poulailler sur leur parcours.

Le parcours :

  • Le libre parcours : endroit très vaste très apprécié par les poules
  • Le parcours en semi-liberté : qui est souvent une prairie close, avec quelques arbres qui procureront de l'ombre et des buissons touffus qui serviront d'abri aux volailles mais aussi de réserve alimentaire (insectes).

Si notre parcelle est trop humide on devra envisager un système de drainage. La surface du terrain devra être en rapport avec le nombre de poules soit environ 20 m² par poule. Nous devrons également entourer le terrain d'une clôture.

Le poulailler : il a pour but de protéger les poules du froid et des pluies mais aussi de les protéger des prédateurs (renards par exemple).

  • les matériaux : je favoriserais la pierre, le bois ou le parpaing. Une ancienne grange peut également servir de poulailler
  • le toit : en tuile avec une pente, pas en tôle car le froid et la chaleur rentrent plus facilement
  • le sol : sain, sec, facile à nettoyer et à désinfecter donc il vaut mieux qu'il soit en béton
  • l'espace : une poule doit disposer de 0,5 m² au sein du poulailler
  • l'orientation : sud ou sud est.

La poussinière : c'est un local spécial, destiné à l'élevage des poussins depuis leur éclosion jusqu'à leur entière autonomie.

La poussinière doit assurer une bonne isolation thermique pour garantir la chaleur nécessaire. Une lampe pourra donner aux poussins la chaleur requise. La surface idéale est d'environ 1 m² pour 30 poussins.

L'environnement des poules

Le parcours herbeux :
Il faut prévoir environ 10 m² par poule. Il est préférable de séparer le parc en deux, afin de mettre les poules tour à tour dans l'une ou dans l'autre des parcelles pour que l'herbe se renouvelle dans la parcelle en repos.

Le parcours doit être fermé par un grillage pour éviter que les poules ne s'échappent mais également pour empêcher la venue de prédateurs tels que les chats ou les rapaces. Il serait utile de protéger le parcours avec un grillage adapté au-dessus de l'enclos surtout pour la parcelle réservée aux poussins.
Il est souhaitable de mettre un abri dans le parcours afin que les poules puissent se protéger en cas de vent ou de pluie.

La reproduction des poules

L'oeuf ne peut être fécondé que s'il y a présence d'un coq.

Il est conseillé pour obtenir un bon résultat de fécondation d'avoir un bon cheptel :

  • 1 coq pour 10 poules en races légères
  • 1 coq pour 8 poules en races moyennes
  • 1 coq pour 6 poules en races lourdes

La technique de reproduction consiste alors à ce que le coq monte sur la poule et ouvre son cloaque pour que le spermatozoïde entre dans le corps de la poule.

La ponte : la poule pond à partir de l'age de 6 mois. La période principale de ponte s'étale en général de février à avril.
La poule est une bonne pondeuse, soit un oeuf tous les deux jours.

Couvaison des poules

La couvaison : l'incubation naturelle :
On pourra confer les oeufs à une poule couveuse.

Les poules couveuses doivent être isolées des autres poules pondeuses et des autres couveuses pour éviter conflits et batailles. Nous devrons mettre à proximité du nid de la nourriture et de l'eau.

On peut utiliser une caisse mais mieux vaut imiter la nature : un trou dans la terre, une couche de foin bien souple conçu de telle façon que les oeufs qui se trouvent écartés reviennent toujours au centre sous la poule.

Le nombre d'oeufs à couver est fonction de la poule, il est préférable de lui confier 12 à 15 oeufs.

La couvaison dure 21 jours; temps au bout duquel le poussin sort de sa coquille en la perçant à l'aide d'une petite pointe située sur le bout de son bec.

L'incubation artificielle :
L'incubation artificielle donne de très bons résultats chez la poule.

L'incubateur devra être réglé à une température de 38/39°C, les oeufs devront être retourné deux fois par jour. On effectuera deux mirages des oeufs sur toute la période d'incubation, (un le huitième jour et un le dix-huitième jour).
Après l'éclosion on laissera sécher les jeunes poussins 36 heures sans les alimenter avec juste un récipient avec de l'eau.

Les Maladies des poules

Les maladies virales les plus répandues :

La maladie de Newcastle (ou pseudo peste aviaire) : c'est une affection très redoutable. Elle est incurable lorsqu'une poule la contracte, le reste du poulailler la contracte aussi. Rares sont les survivantes mais si une poule survie elle présentera souvent des séquelles. Elle prend plusieurs formes : suraïgue, aïgue ou subaïgue. Elle se manifeste par une septicémie brutale, forte fièvre, perte d'appétit, forte soif, plumes hérissées, dos rond, troubles respiratoires et nerveux.

La maladie de Marek : cette maladie touche principalement les jeunes adultes. Elle provoque la paralysie des pattes et des ailes, une tumeur jaune blanchâtre sur divers organes. La mortalité est élevée.

La maladie d'Aujeszky : cette maladie à une évolution rapide et la mortalité est très élevée. Elle se présente par des tremblements, perte d'appétit, somnolence, crête et barbillons bleuâtres, toux et difficultés respiratoires. Il est vivement recommandé d'abattre les poules infectées et de faire vacciner les poussins.

Ces maladies ne peuvent pas être soignées mais il est nécessaire de faire vacciner les poules qui n'auraient pas été contaminées.

Les autres maladies :

La coccidiose : c'est une maladie parasitaire qui se manifeste par une anémie chronique et des diarrhées qui peuvent être parfois sanguinolente. Elle atteint souvent les poussins qui sont à l'étroit dans un abri peu aéré et sale. Elle peut parfois être due au changement de nourriture. Cette maladie est moins mortelle chez les poules adultes mais peut entraîner un amaigrissement et une baisse de la ponte. Pour la soigner, vous pouvez utiliser des antibiotiques ou des anti-coccidiens dans la nourriture qui peuvent servir préventivement ou curativement.

La typhose (pour la poule) ou la pullorose (pour le poussin) : c'est une maladie qui le plus souvent atteint les grands élevages. Chez le poussin, elle se manifeste par une diarrhée blanche et provoque une mortalité élevée. Chez la poule, elle se décèle par une diarrhée verte, une soif excessive et une baisse de la ponte. Pour l'arrêter, vous devez mélanger à la boisson du permanganate de potassium.

Le coryza : cette maladie se manifeste par une baisse de la ponte, des éternuements, des écoulements nasal visqueux et purulent, une respiration difficile, une masse caséeuse aux yeux, une diarrhée et amaigrissement. Pour soigner les poules, il faut utiliser de l'huile de foie de morue ou in médicament streptomycine. La vaccination de la poule permet de lutter et d'éviter cette infection.

Il nécessaire pour toutes ces maladies d'isoler la poule ou les poules malades afin de ne pas contaminer le reste du poulailler. Les cadavres devront être brûlés.

Sont également considérés comme maladies :

Le stress : il peut être provoquer par différentes causes. Il peut amener la poule à avoir d'autres affectations. Pour l'éviter, je conseillerai de ne pas faire subir à la poule des changements trop brutaux.

Le piquage : les poussins s'amusent à se piquer en se donnant des coups de becs mais dés qu'une goutte de sang apparaît les coups deviennent violents et pourrait aller jusqu'à la mort du poussin attaqué. Cela est très fréquent chez les poules aussi. Les causes les plus importantes de ce phénomène sont l'ennui et l'inactivité. Il est donc nécessaire de leur faire faire des exercices par exemple en agrandissant leur parcours herbeux et de les nourrir avec plus de verdures.

Les parasites internes :

Les ascaris : ce sont des parasites internes. Ils peuvent provoquer la coccidiose et se développent généralement sur les élevages en semi-liberté. L'utilisation de vermifuges permet de les faire disparaître.

Les vers : ils sont transmis par les limaces et les insectes et sont surtout présents dans les élevages en plein air. Vous pouvez le déceler grâce à un retard de croissance, une forte de consommation de nourritures, et au fait que vos poules résistent moins aux maladies et pondent moins. Il est nécessaire de nettoyer et désinfecter vos poules et de le faire un traitement de vermifuges.

Les parasites externes :

Les poux : il se manifeste par l'apparition de poux blancs ou rouges et provoque des irritations de la peau. Pour les éloigner il faut poudrer les poules avec du pyrèthre et changer régulièrement la litière lorsque celle-ci est abondamment infestée.

La gale des pieds : elle est amenée par un acarien qui s'installe sous les écailles. Les pattes deviennent ainsi gonflées et déformées. Dans ce cas, il faut badigeonner les pattes de la poule avec du pétrole ou de la glycérine iodée.

La bonne hygiène du poulailler contribue à éviter de telles maladies ou parasites. De plus, il faut empêcher aux prédateurs l'accès à votre élevage et éviter les contacts étrangers car ceux peuvent être porteurs de microbes ou de virus.

Lutte contre les nuisibles

Les prédateurs sont les animaux, ils peuvent être domestiques ou sauvages. Le piégeage est recommandé.

Il faut mettre un grillage solide avec des mailles très petites, il doit être enterré d'au moins 40 cm et d'une hauteur d'environ 2 m. Vous pouvez également placer en haut du grillage une clôture électrique afin de dissuader les prédateurs grimpeurs.

Pour lutter contre les rongeurs, vous pouvez placer dans un petit cageot (pour éviter que les poules ne les mangent pas) des grains empoissonnés, dans chaque poulailler. Mais attention, le rongeur peut s'immuniser contre ce poison donc il est recommandé de changer régulièrement de poison.

L'installation de boules réfléchissantes permet de faire fuir les rapaces mais cette méthode n'est pas très efficace.

Les pièges :

  • les boîtes à fauves : chatière, nasses, pièges-cages, mues ou autres pièges permettant la capture d'un animal vivant. Pour utiliser ces procédés, il faut obligatoirement faire une déclaration à la mairie. Ce sont les procédés les plus efficaces et pratiques. Ils capturent l'animal vivant sans lui faire de mal. Vous devez les poser le long du grillage car les prédateurs ont tendance à les longer.
  • les pièges déclenchés par pression sur palette ou tous procédés ayant pour but de tuer l'animal : ils sont destinés pour éliminer les fouines.
  • les collets munis d'un arrêtoir doivent être soumis à une autorisation préfectorale.
  • les pièges à lacets déclenchés par pression sur palette ou tous autres procédés permettant la capture de l'animal demande une certaine expérience pour leurs utilisations.
  • les pièges rustiques (assommoirs) doivent être soumis à une autorisation ministérielle ou préfectorale.
  • les pièges entraînant la mort de l'animal par noyade sont utilisés pour la capture des rongeurs.

Matériel d'élevage des poules

L'aménagement du poulailler : on pourra disposer de différents matériels

  • les perchoirs en bois : à 1,20 m au-dessus du sol car les poules sont en compétition pour avoir le plus haut perchoir
  • les boîtes à poussière
  • les pondoirs : au moins un pour 3 poules, placés dans un coin peu lumineux
  • les mangeoires : mangeoire à trémie métal ou émaillée, mangeoire linéaire.
  • l'abreuvoir : placé à l'extérieur pour éviter l'entrer d'humidité dans le poulailler
  • la litière : copeaux ou paille

Pour la poussinière on retrouvera différents matériels :

  • les couvoirs
  • l'incubateur : il permet l'incubation artificielle des oeufs, on les retrouvera dans le commerce.
  • l'éleveuse : c'est un appareil qui permet de d'assurer aux poussins privés de leur mère la température nécessaire durant leurs premières semaines de vie.
  • les mangeoires : des mangeoires rondes de 35 à 40 cm de diamètre, ou des mangeoires à trous ou à grille.
  • les abreuvoirs : ils ne devront pas être trop profonds, les modèles siphoïdes sont recommandé pour les poussins. Ils seront de couleurs vives.
  • la mue : la mue est un enclos d'environ 2m².

L'abattage des poules

Il est recommandé de faire jeûner la volaille une demi-journée à un jour avant de la sacrifier, laisser lui simplement de l'eau.

Deux principales techniques d'abattage existe : on peut endormir la poule ou tout simplement l'assommer.

Cependant il faut saigner la poule immédiatement, pour que le sang puisse s'écouler il faut pendre la poule par les pattes.

Le matériel tel que la pince à sacrifier doit être propre lors de l'abattage. L'abattage doit être pratiqué dans un endroit sain et à l'abri des courants d'airs afin d'éviter toutes présences de microbes.

L'élevage des poules à but alimentaire

Parmi toutes les races de poules celles qui sont favorisées pour leurs chairs sont : La Faverolles, La Bresse-Gauloise, La Meusienne, Coucou de Rennes, La Marans.

On distingue deux stades dans l'élevage des poules à but alimentaire :

  • La mise en chair cela consiste à un élevage normal jusqu'à ce que le poulet atteigne une taille suffisante convenable
  • L'engraissement qui dure en moyenne 21 jours pendant lesquels deux facteurs entrent en jeu :
    • la claustration en utilisant une épinette (meuble à casiers dont chaque compartiment peut contenir un poulet en captivité mais dans une position quasi immobile)
    • la nourriture en proposant durant 21 jours une pâtée à base de verdures hachées et de farines.

Conduite d'un élevage de poule

Si on veut élever afin d'en tirer un profit, une poule doit être gardée au sein du poulailler 3 à 4 mois au maximum, seul les éléments reproducteurs devront être gardés durant l'année.

Il ne faut pas garder des sujets malformés ou manquant de vitalité pour des raisons sentimentales il faut favoriser les reproducteurs les plus vigoureux afin d'avoir un bon cheptel.

Quelques conseils :

  • adapter le matériel à la taille des poules
  • le poulailler et la poussinière devront être propres
  • l'alimentation dot être équilibrée
  • la poule doit toujours avoir de l'eau à proximité
  • des vaccins existent contre certaines maladies de poule
  • certains traitements nécessitent des antibiotiques