L'élevage des pigeons

Boutique santé Boutique premier âge Boutique poules Boutique lapins Boutique pigeons Boutique moutons et chèvres

L’alimentation des pigeons

Le pigeon est un oiseau dont le régime alimentaire est essentiellement granivore ; mais il peut aussi manger de petits insectes, verres de terre et de la verdure.

L’alimentation du pigeon adulte :

La nourriture du pigeon est traditionnellement composée d’un mélange de graines. On donne aux pigeons 3 repas en été et 2 en hiver.

Les aliments essentiels aux pigeons sont :

  • Les protides
  • Les glucides (source d’énergie pour leurs efforts musculaires)
  • Les lipides (pour lutter contre le froid)
  • Les minéraux
  • Les oligoéléments
  • L’eau : le pigeon a besoin en permanence d’eau fraîche

L’alimentation pendant la mue :

La période de mue correspond au remplacement des plumes.

Le pigeon consacre pendant sa mue environ un quart de ses protéines pour l’élaboration de ses nouvelles plumes.

On devra donc insister sur la fourniture de :

  • la cystine
  • la lysine

L’alimentation des pigeonneaux : le lait de jabot donné par les parents.

Le logement des pigeons

L'élevage en liberté ou le libre parcours :

Cette méthode d'élevage est possible compte tenu du fait que le pigeon mâle revient toujours dans son pigeonnier d'origine ; la femelle en revanche est beaucoup plus volage. Il est important de savoir que le libre parcours est extrêmement réglementé.

L'élevage en volière :

C'est la méthode il me semble, la mieux adaptée à l'élevage des pigeons.
Les pigeons sont dans un bâtiment divisé en deux parties :
Un pigeonnier abrité contenant des cases ainsi qu'une partie entièrement close à claire-voie : la volière.

La volière :

  • Souvent construite en maille étroite pour éviter le passage des moineaux
  • Le toit peut également être grillagé mais il faut prévoir une zone abritée de la pluie et du vent
  • Des perchoirs seront installés dans la volière
  • Le sol aura un système de drainage
  • Hauteur de la volière environ 2,50 mètres
  • Une surface suffisante pour éviter l'effet de surpopulation : 1 m² par couple

Le pigeonnier :

  • Les ouvertures du pigeonnier doivent être orientées à l'opposé des pluies et des vents dominants
  • Un bon éclairage est nécessaire
  • Se prémunir contre l'humidité
  • Le pigeonnier doit être vaste et aéré : environ 1 m³ d'air pour 2 couples de pigeons
  • Le pigeonnier doit être hermétique

La reproduction des pigeons

La période de reproduction dure environ 8 mois, elle s’étale de fin janvier à fin septembre , temps pendant le quel la femelle produit 5 à 7 nichées ; une nichée étant constituée généralement de 2 pigeonneaux.
La femelle pond dans un nid qu’elle confectionne au moyen de la paille ou de brindilles sèches.

La ponte :
Une dizaine de jours après l’accouplement, la femelle pond deux œufs de couleur blanchâtre. Après elle se met à pondre.

La couvaison :
Elle est assurée par le pigeon et la femelle qui se relaie à tour de rôle. Les œufs sont ainsi portés à une température de 38 / 39°C. Il faut attendre 18 à 19 jours après la ponte pour voir naître les pigeonneaux.

L’incubation artificielle :
On peut procéder à l’incubation artificielle pour augmenter la production des œufs. Le mirage des œufs s’effectue entre le quatrième et le huitième jour. Si les œufs sont clairs la fécondation n’a pas eu lieu, il est alors inutile de poursuivre la couvaison.

La naissance des pigeonneaux :
En fin d’incubation, les petits percent la coquille avec leur bec. Ils sont alors complètement dépendants de leurs parents car ils naissent aveugles et incapables de se déplacer. Les parents les protège du froid et s’occupent de l’alimentation. Il faut attendre le quatrième jour pour voir leurs yeux s’ouvrir. Vers le sixième jour les parents commencent le sevrage. Vers le vingt-cinquième jour ils commencent à battre des ailes et à un mois ils peuvent prendre leur envol.

Le baguage :
Le baguage est un moyen d’identification des pigeons. Il s’effectue entre le sixième et le douzième jour après les pattes de pigeon sont trop grosses.
En tant qu’éleveur, nous sommes tenues d’établir un cahier des reproductions sur lequel sont consignés les accouplements.

Le sexage des pigeons

Pour déterminer le sexe du pigeon, nous devrons observer la zone située entre la queue et le cloaque.
Chez le mâle cette zone est plus enflée et présente une petite protubérance. Néanmoins il nous faudra l’œil d’un expert pour déterminer le sexe du pigeon sans erreur.

Voici 3 techniques qui permettent d’observer le pigeon :

  • L’observation de certains caractères extérieurs du corps des pigeons :
    Pour la plupart des races, on observe des différences ; les mâles ont la tête plus arrondie, le cou est plus puissant, le corps est plus développé, les morilles sont plus importantes et les pattes sont plus fortes au niveau des tarses.
  • L’observation du comportement des pigeons : le mâle et la femelle ont des comportements très différents, le mâle a tendance à être bagarreur, la femelle est lus calme. Pendant la période de reproduction, le mâle fait la cour à la femelle. C’est toujours la femelle qui met son bec dans le bec du mâle. Aussi, lors de la couvaison, le mâle est sur le nid au milieu de la matinée et de l’après midi, la femelle l’occupe le reste du temps.
  • L’examen interne du cloaque : on devra utiliser une pince à sexer, disponible dans le commerce

Les maladies des pigeons

Les maladies virales :

Le coryza herpétique : elle est le résultat du stress, elle se manifeste par des éternuements,
la conjonctivite, troubles nerveux. Le taux de mortalité est élevé.La maladie est favorisée par une forte humidité et de grands écarts de températures.
La paramyxovirose : les symptômes sont une absence d’appétit, les pigeons boivent beaucoup. Cette maladie est contagieuse et la mortalité est élevée. La vaccination est possible.
La variole : le pigeon a alors des difficultés respiratoires, la mortalité est faible.

Les maladies bactériennes :
La salmonellose : les symptômes sont l’arthrite, torticolis, diarrhée, amaigrissement. Elle se transmet par contact avec des oiseaux malades, rongeurs, l’eau, les selles ou par l’homme. Le traitement est à base d’antibiotiques.
La chlamydiose : elle est transmise par le lait de jabot et l’air.Les symptômes sont respiratoires, sécrétions purulences, le plumage est hérissé, diarrhée. Le traitement est à ase d’antibiotiques ou sulfamides.
La colibacillose : le stress est à l‘origine de la maladie. Les symptômes se manifestent essentiellement par une diarrhée profuse, avec des difficultés respiratoires. Le traitement est à base d’antibiotiques.
La pasteurellose : les résultats sont la conjonctivite, inflammation du larynx et de la trachée.
Le taux de mortalité est élevé.

Les maladies parasitaires :

Les parasites internes :
Les vers : les symptômes sont alors le vomissement et l’amaigrissement. Le traitement est le vermifuge.
La coccidiose : La mortalité est importante chez les pigeonneaux. Les adultes sont quant à eux résistants au parasite, ils s’amaigrissent et ont la diarrhée, le traitement est : les anticoccidiens.
La trichomonose : les symptômes sont la gorge rouge, bâillements, soif intense.. la mortalité est fréquente chez les jeunes pigeons. Le traitement est : antiprozoaires.
L’aspergillose : cette maladie est provoquée par un champignon présent dans la litière ou les graines des pigeons. Les pigeons malades sont abattus ou amaigris.
La candidose : Maladie provoquée par un champignon ; les pigeons s’affaiblissent et mangent peu.

Les parasites externes :
Les acariens : la maladie est l’acariose, elle se traite par l’application d’acaricides.
Les insectes : de nombreux insectes piqueurs, suceurs ou broyeurs peuvent s’attaquer aux pigeons, les insecticides sont alors le seul remède.

Les maladies diverses :

Les intoxications : elles sont rares chez les pigeons mais sont de diverses causes : alimentaire, médicamenteuse.

Les maladies cardiaques : le stress peut provoquer chez les pigeons un arrêt cardiaque, une frayeur intense peut entraîner la rupture mortelle d’une oreillette.
La décalcification : cette maladie du pigeonneaux est provoquée par une carence alimentaire en minéraux.
L’aérophagie : une irritation de l’œsophage se transforme en inflammation. L’air avalé par le pigeon a alors du mal à ressortir du jabot, qui se met à gonfler. Toute ingestion de nourriture est impossible. Seule la chirurgie peut résoudre ce problème.
L’emphysème sous-cutané : cette affection est due à la rupture d’un sac aérien, la partie concernée du corps est gonflée, le traitement est uniquement chirurgical.
La goutte : la cause la plus probable est l’excès alimentaire de protéines. Le traitement consiste à diminuer les protéines, à administrer des diurétiques et à beaucoup faire boire l’oiseau.

Conseils pour un bon élevage de pigeons

Quelques conseils pour assurer un bon élevage des pigeons :

  • Une bonne hygiène
  • Nettoyage soigneux et complet des locaux des pigeons
  • Eviter la surpopulation des pigeons dans les pigeonniers et les volières
  • Eviter les courants d'air
  • Se méfier des insectes
  • Tout animal introduit dans l'exploitation est porteur potentiel de maladies : le mettre en quarantaine dès son arrivée
  • En cas de maladies des pigeons : des traitements spécifiques peuvent être recommandés
  • Des compléments alimentaires peuvent être donnés aux pigeons, on retrouvera par exemple le zinc

Matériel pour pigeons

Le mobilier que l’on peut retrouver dans les pigeonniers est le suivant :

  • Les trappes pour les pigeons voyageurs qui permettent aux pigeons de rentrer facilement dans leurs cases
  • Les cases d’élevage : qui pourrait être définie comme l’appartement d’un couple de pigeons, il faudra prévoir autant de cases que de couples
  • Les mangeoires : elles devront être placées dans la partie abritée de l’installation, leur longueur doit être adaptée au nombre de pigeons.
  • Les abreuvoirs : la profondeur du réservoir doit d’être d’au moins 3 cm.
  • Les perchoirs : leur nombre doit être suffisant pour chaque pigeon puisse se percher.
  • Les baignoires : elles sont indispensables car les pigeons adorent se baigner.
  • Les nids, ou pondoirs : la dimension des nids soit être adaptée au volume de la race qui l’utilise